Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 12:07

  Pur hasard, j’ai découvert cette semaine deux films avec la comédienne Scarlett Johansson. Ce n’est un secret pour personne autour de moi, la jeune actrice est à mes yeux l’incarnation d’un pur fantasme cinématographique. Si je ne l’ai pas toujours vue dans des films marquants, elle est souvent incroyablement belle et envoûtante, ce qui compense un jeu parfois décevant.

  Si le premier des deux longs-métrages visionnés ces derniers jours n’apporte pas grand-chose à la carrière de Scarlett, il a au moins le mérite de la montrer radieuse et complètement craquante. « Don Jon » ne vole pas haut, est finalement assez vulgaire et pas très drôle, mais la voix de l’actrice (vive la V.O. !) et sa plastique affolante m’ont maintenu éveillé.

  Beaucoup plus intéressante fut la découverte en salle du second film, l’étrange « Under the skin », qui frôle l’expérimental et est accompagné d’une bande-son entêtante et d’images fascinantes. Le tout marqué par l’omniprésence de Scarlett Johansson, brune, mal fagotée, quasi-muette (une sorte de négatif de son personnage dans « Don Jon », donc).

  Ces deux films, à l’opposé l’un de l’autre, tant d’un point de vue narratif qu’esthétique, ont au moins le mérite de mettre en valeur, de manière fort différente, une comédienne qui n’est pas que l’une des plus jolies femmes du moment. Car elle se révèle formidable dans le rôle de cet alien dont on ne sait rien, qui erre dans « Under the skin » tel un fantôme insaisissable… fantôme que l’on voudrait pourtant tous attraper, vu son apparence !

  Le film de Jonathan Glazer évoque pour certains le Stanley Kubrick de « 2001, l’odyssée de l’espace ». Sans en atteindre évidemment l’ampleur ni la perfection, on peut effectivement penser au Maître en se laissant bercer par les images de « Under the skin ». Dès les premiers plans, j’ai en tout cas eu conscience de rentrer dans une expérience visuelle et sensorielle rare au cinéma. Et je suis ressorti de la salle heureux. Je m’étais déplacé par curiosité tout d’abord, ensuite parce que Scarlett tenait le rôle principal. Au final, j’ai vu l’un des films les plus intéressants de ce premier semestre 2014.

La « semaine Scarlett »La « semaine Scarlett »

Partager cet article

Repost 0
david verdier - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de David Verdier
  • Le blog de David Verdier
  • : Des 'billets' sur des films vus, des lectures, l'avancement de mes écrits divers, des manifestations culturelles auxquelles je participe...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens