Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 00:24

  Album à part dans l’œuvre d’Hergé, « Tintin au Tibet » n’en finit pas de fasciner : il s’agit de l’histoire qui se rapproche le plus de la vie personnelle du dessinateur. Le côté tourmenté et dépressif de l’artiste prend forme comme jamais dans ces planches. L’aventure est toujours au rendez-vous mais l’humain et ses émotions prennent cette fois le pas sur le reste : si Haddock garde son humour indéfectible, Tintin pleure à plusieurs reprises, persuadé d’avoir perdu son ami Tchang, le même Tchang que nous avions rencontré dans « Le Lotus bleu ».

  Pour commencer, point de méchants au sens classique du terme : pendant la plus grande partie de l’album, les héros lutteront contre un seul et unique adversaire, Dame Nature. Escalader des montagnes, affronter le froid, se protéger d’une tempête de neige… que de moments forts !

  Graphiquement, « Tintin au Tibet » est superbe : les paysages enneigés donnent une tonalité bien particulière au récit. Mais au-delà de toutes ces différences qui font de cette histoire une vraie parenthèse au sein de l’œuvre, le mysticisme y apparaît de façon flagrante : phénomène de lévitation, visions, rêve prémonitoire…

  Malgré tout, Hergé ne lésine pas sur les morceaux de bravoure : ainsi, cette scène, qui m’avait marqué étant gamin, où Haddock, attaché à une corde dans le vide, décide de la couper afin de sauver Tintin, qui est en train de le retenir péniblement.

  Et puis, si nous avons échappé au Monstre du Loch Ness (l’auteur nous en donne une relecture avec son gorille dans « L’île noire »), « Tintin au Tibet » nous « prouve » l’existence du Yéti. Dans le même ordre d’idée, quelques années plus tard, Hergé décidera de montrer une soucoupe volante dans « Vol 714 pour Sydney ».

  Très belle histoire et dessins somptueux sont donc au menu de cet album épuré et puissant à la fois, qui marque un sérieux tournant dans la série : en effet, ce qui suit ne sera plus pareil, chaque nouvel épisode s’évertuant à renouveler intelligemment une œuvre que son géniteur ne voulait surtout pas voir tourner en rond… cela explique aussi, en grande partie, l’écart qui sera désormais de plus en plus grand entre la sortie de chaque nouveauté…

© Hergé/Moulinsart

© Hergé/Moulinsart

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de David Verdier
  • Le blog de David Verdier
  • : Des 'billets' sur des films vus, des lectures, l'avancement de mes écrits divers, des manifestations culturelles auxquelles je participe...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens