Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 09:25

  La deuxième aventure de Blake et Mortimer, qui dure le temps de deux albums, est bien plus réussie que la précédente : l’Aventure est vraiment au rendez-vous et les rebondissements ne manquent pas, mais ils sont cette fois disséminés dans un récit structuré que l’on sent beaucoup plus réfléchi. Là où « L’Espadon » était prétexte à une succession de scènes de combat et de poursuites incessantes, « La Pyramide » nous fait voyager dans le temps : un peu d’archéologie, ça ne fait jamais de mal (cf. la série des Indiana Jones) !

  S’il y a toujours peu d’humour (ce n’était clairement pas le point fort de Jacobs), l’ensemble est très agréable : le dessin, bien plus moderne que dans la trilogie précédente, est un modèle au sein de la fameuse « ligne claire » et on ne s’étonnera pas de constater que cette histoire est l’une des favorites des lecteurs de Blake et Mortimer.

  On retrouve l’ennemi juré des deux héros, le Colonel Olrik, qui intervient sans surprise au bout de quelques planches.

  Le principal défaut narratif de l’auteur est toujours présent (les textes qui soulignent ce que les personnages sont en train de faire) mais, comme la lecture s’avère beaucoup plus agréable, on n’y prête moins attention. « Le secret de l’Espadon » était certainement trop long par rapport au scénario développé par Jacobs. Avec « Le mystère de la Grande Pyramide », qui fait à peine 110 pages en tout, le dessinateur maîtrise bien mieux son affaire (et cela force le respect car il n’avait que peu publié jusqu’à présent). De plus, il signe deux couvertures absolument superbes (mention spéciale à celle du tome 1, très emblématique de la série).

  Si le premier épisode baignait dans un contexte de guerre teintée de science-fiction, ici, le fantastique fait une entrée discrète dans l’univers jacobsien. Il restera toujours en filigrane dans l’œuvre, laissant la science-fiction emporter le morceau dans certains épisodes ultérieurs.

  Des huit histoires imaginées par Edgar P. Jacobs pour Blake et Mortimer, « Le Mystère de la Grande Pyramide » est celle qui représente le mieux la grande aventure, presque tous ses autres récits se rattachant à d’autres genres. Il faudra se reporter à certains albums des repreneurs de la série pour retrouver ce souffle épique (parfois pour le meilleur, d’autres fois pour le pire).

 

 

 

Le mystère de la Grande Pyramide (1954 / 1955)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de David Verdier
  • Le blog de David Verdier
  • : Des 'billets' sur des films vus, des lectures, l'avancement de mes écrits divers, des manifestations culturelles auxquelles je participe...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens