Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 19:07
Pulp Movies #2 : Le Chien des Baskerville

Réalisation : Terence Fisher

Scénario : Peter Bryan, d’après le roman d’Arthur Conan Doyle

Distribution : Peter Cushing, Andre Morell, Christopher Lee

Policier / 1959 / Grande-Bretagne

Durée : 1 h 23

 

 

  Une terrible malédiction frappe depuis des siècles la famille Baskerville : un monstrueux chien hante la lande autour du manoir familial.

  Le docteur Mortimer soumet l’affaire à Sherlock Holmes et son fidèle ami Watson. Ce dernier se rend sur les lieux, en compagnie du dernier représentant des Baskerville, Sir Henry.

 

  Cette adaptation de l’aventure la plus connue de Sherlock Holmes n’est pas la première. Cela n’a pas été la dernière non plus, mais elle a marqué les esprits et on la cite, à juste titre, comme l’une des meilleures. Il faut dire que la trame globale est respectée, avec quelques modifications qui ne nuisent jamais au déroulement de l’intrigue. Au contraire, le film, plutôt court, est mené à un rythme soutenu et des artistes de talent assurent la qualité de l’ensemble. Le long-métrage est réalisé par Terence Fisher, qui s’illustrera à plusieurs reprises dans le cinéma fantastique. Les deux comédiens habitués aux productions de la firme britannique Hammer (comme c’est ici le cas), Peter Cushing et Christopher Lee, jouent respectivement Sherlock Holmes et Sir Henry Baskerville. À eux seuls, ils apportent un ingrédient indispensable à l’alchimie de ce type de films avec leur interprétation caractéristique et leur physique devenu emblématique du cinéma de genre de l’époque.

  On retrouve également ici l’élément érotique, fréquent dans les productions Hammer. Comme l’histoire ne se prêtait guère à des excès dans ce domaine, nous ne croisons que deux personnages féminins (le premier n’apparaissant même que dans la scène d’ouverture) : les actrices sont mises en valeur dans des robes qui laissent deviner des courbes charmantes… le tout restant très sage, bien évidemment. 

  « Le Chien des Baskerville » est également composé de nombreux éléments indissociables de l’univers de Sherlock Holmes : entre l’appartement chargé du 221b Baker Street et le décor brumeux de la lande, la panoplie vestimentaire du célèbre détective et son « Élémentaire, mon cher Watson » qui conclut le film, nous sommes en terrain connu.

  Les décors et la photographie du long-métrage ont un charme fou et la séquence d’ouverture donne le ton : dans une scène costumée aux couleurs chaleureuses, la malédiction s’installe dans les lieux que nous fréquenterons pendant une bonne partie de l’intrigue. Là encore, la Hammer s’illustra régulièrement dans des films d’époque où photographie travaillée, costumes et décors gothiques offraient une vraie richesse visuelle à l’ensemble. 

  On peut évidemment regretter un final assez peu spectaculaire lors de l’affrontement du « Monstre » sur la lande mais ce serait oublier un peu vite que les productions Hammer fonctionnaient en grande partie grâce au côté artisanal de leurs effets. L’ambiance à elle seule est souvent suffisante pour se replonger avec plaisir dans ses œuvres qui, encore aujourd’hui, sont des références pour les amateurs de cinéma fantastique.

  Peter Cushing joua plusieurs fois le rôle de Sherlock Holmes : on se rappellera surtout des quelques épisodes tournés en couleurs pour la BBC, fort réussis (ne sont hélas parvenus jusqu’à nous que cinq épisodes, les autres étant a priori perdus !). Les holmésiens citent souvent le comédien, aux côtés de l’immense Jeremy Brett, comme l’un des meilleurs Sherlock Holmes du grand comme du petit écran.   

  Christopher Lee ne sera pas en reste, interprétant lui aussi plusieurs fois par la suite le personnage créé par Conan Doyle.   

  Un DVD de qualité honorable existe chez nous, ne proposant en revanche que le film et sa bande-annonce.

  Quoi qu’il en soit, voilà le genre de pépite que l’on revoit avec un indéniable plaisir durant un après-midi pluvieux, confortablement calé dans son canapé !

Pulp Movies #2 : Le Chien des Baskerville

Partager cet article

Repost 0
david verdier - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de David Verdier
  • Le blog de David Verdier
  • : Des 'billets' sur des films vus, des lectures, l'avancement de mes écrits divers, des manifestations culturelles auxquelles je participe...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens