Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 14:49

 

  J'ai écrit le texte qui suit, sous le titre "Fragment", pour le 1er numéro de "Quartiers Pirates". Ce court récit ne se rattache à aucune de mes autres productions, se suffisant ainsi à lui-même.

  Pour ceux qui auraient loupé le journal, voici une séance de "rattrapage" !

 

 

 

 

Fragment…

 

 

 

 

  Nous étions dans la pénombre. Je ne distinguais pas grand-chose, si bien que son visage n’était pour moi qu’une forme au milieu de nulle part. Seuls ses pieds, chaussés de talons aiguilles, se trouvaient dans l’une des rares zones éclairées de la pièce, la lumière de la rue filtrant à travers les stores baissés.

  Elle m’avait parlé d’une voix rauque, qui indiquait qu’elle devait fumer beaucoup et depuis longtemps. Je devinai pourtant qu’elle ne devait pas être vieille, vingt-cinq ans tout au plus.

  Je ne savais pas quoi dire, et le silence devenait plus pesant à chaque minute qui s’écoulait. Le plus étrange dans tout ça, c’est que l’un comme l’autre, nous savions très bien pourquoi j’étais là. Mais cela ne simplifiait pas pour autant les choses. Je frémis légèrement tandis que la transpiration recouvrait petit à petit mon corps, imprégnant mes vêtements, et je craignis bientôt de dégager une odeur de sueur.

  Elle m’avait juste demandé mon prénom, comme si c’était la seule chose qui importait. Je n’avais pas répondu d’emblée, comme si cela risquait de briser un secret que j’étais le seul à connaître.

  Cette femme était d’une beauté à couper le souffle, je le sus bien avant de la voir nettement, tandis qu’elle s’était levée pour s’avancer lentement vers moi. Cependant, lorsque je pus enfin noyer mon regard dans une béate contemplation de sa personne, je fus momentanément déstabilisé par une chose : si son visage parfait, sa peau diaphane, ses longues jambes à peine dissimulées par une jupe courte, la rendaient superbe, son œil droit mort, d’un blanc vitreux, tranchait avec l’harmonie de ses courbes et sa démarche d’une folle sensualité. Dans la seconde qui suivit cette découverte, je m’interrogeai curieusement sur les circonstances qui l’avaient amenée à perdre un œil. Quoi qu’il en soit, je décidai de ne surtout pas montrer la moindre gêne. Je dois même avouer que cela finit par revêtir un certain charme, et au bout d’un court moment, je la trouvai encore plus belle ainsi.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de David Verdier
  • Le blog de David Verdier
  • : Des 'billets' sur des films vus, des lectures, l'avancement de mes écrits divers, des manifestations culturelles auxquelles je participe...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens