Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 10:16

  Avec cette nouvelle aventure, la série des Tintin arrive à un tournant : nous sommes encore dans une histoire ponctuée de facilités et de situations absurdes, mais le charme commence à opérer : peut-être est-ce le fait que l’action se déroule aux Etats-Unis, toujours est-il que ce sont des aventures bien sympathiques que vivent Tintin et son inséparable Milou. Les Indiens sont parfois traités comme l’étaient les Congolais dans l’album précédent et cela nuit évidemment à l’image des premiers récits d’Hergé. Mais n’oublions pas qu’il se rattrapera sérieusement dans des albums ultérieurs.

  De toute façon, il fallait bien poser les bases : Hergé était jeune, enchaînait les publications à un rythme soutenu, et dès le prochain épisode, il allait régler une bonne fois pour toutes les problèmes narratifs de ses histoires.

  Reste donc une BD agréable à lire, au scénario certes pas très dense (l’adaptation en dessin animé du début des années 90 est deux fois moins longue que la plupart des autres épisodes), mais qui passe en revue toute l’imagerie que l’on a en tête quand on pense à l’Amérique à cette époque : les Indiens donc, la tenue de cow-boy, les poursuites à cheval, le héros attaché sur les rails tandis qu’un train arrive, les gangsters armés de revolvers (Al Capone est présent !)… même l’humour fonctionne mieux. J’aime beaucoup ces quelques cases, lorsque du pétrole est découvert et que l’on assiste à la rapide construction d’une ville, Tintin se retrouvant bien vite en complet décalage avec son environnement.

  Quant à cette version en couleurs (celle que j’ai relue, donc), on peut la trouver supérieure à celle de « Tintin au Congo », un peu plus riche et fouillée, ce qui achève de placer « Tintin en Amérique » un cran au-dessus de ses deux prédécesseurs…

 

© Hergé/Moulinsart

© Hergé/Moulinsart

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tietie007 24/10/2013 19:42

Hergé avait un talent pour saisir l'air du temps, qui était un peu à l'antiaméricanisme. Et il est vrai que la vision qu'il nous donne de l'Amérique était plutôt noire. Mais j'y vois un côté documentaire.

Présentation

  • : Le blog de David Verdier
  • Le blog de David Verdier
  • : Des 'billets' sur des films vus, des lectures, l'avancement de mes écrits divers, des manifestations culturelles auxquelles je participe...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens